L'album intime de Michel Drucker

Publié le : 09/02/2016 à 11h14

L'album intime de Michel Drucker

Le célèbre canapé rouge était dans le décor.

Seul… avec vous. Michel Drucker donnait, samedi au Centre Albert-Camus, devant deux cents personnes, le quatrième spectacle de son one-man-show, dans une formule que personne n'avait encore employée. L'ORTF fête ses 50 ans, l'animateur, ses cinquante et un ans de carrière télévisuelle. C'était le bon moment pour illustrer ces deux pages de vie.
Michel Drucker le dit et le redit : « Je ne suis ni humoriste, ni acteur, ni comédien, je suis un autodidacte. Vous vous souvenez, mon père qui me rappelait sans cesse : " Mais qu'est qu'on va faire de toi ? " » Eh ! bien, celui qui a consacré plus de cinquante ans à la télévision s'est lancé un nouveau défi : il se raconte. Un one-man-show qu'il a écrit seul, très bien scénographié, avec tous ses souvenirs, et en fond, toutes les photos qui les illustrent, des temps de pause, page à page. L'animateur abordait là un nouveau genre. « Sur le plateau, je mets tout le monde en lumière ; sur scène, je me livre, avec l'émotion qu'on a quand on tourne les pages d'un album, à la fin d'un repas de famille. » Première image, celle du stagiaire qui donne lecture de résultats sportifs ; la feuille tremble… Il parle de ses mentors, Zitrone, « hors norme » ; Couderc, Marcillac, Martin. Il rappelle les Coupes du monde de foot qu'il a commentées « et Pelé m'a offert les chaussures qu'il portait en finale ! » Toute une période qui a forgé son mental, lui a dicté une hygiène de vie, le goût de l'effort. Et puis, la succession de Jacques Martin qui le vit mal. « Jacques, je te remercie pour tout. » Tiens voilà Michel Drucker des plateaux, polissé, respectueux… oui, c'est bien lui, mais le ton change, le verbe est plus libre. Il raconte son Johnny, « modeste, enfantin » ; son Belmondo avec une photo touchante de sa dernière fillette ; son Delon, « costaud mais fragile, sensible, un loup solitaire qui pleure ». Moment émouvant à l'évocation de Romy dont « la presse de caniveau qui existe toujours » a photographié l'enfant mort. Drucker, ce sont aussi les imitations (foireuses dit-il, mais il est en première année et va redoubler !) de VGE, de Chirac, de Carla… Il n'oublie pas les moments les plus crus (Gainsbourg et Whitney Huston) et termine dans la nostalgie avec un florilège de stars que l'on pleure. Drucker nous l'a assuré, il est extrêmement sincère, et l'exercice va lui permettre de changer de ton… d'autant que Vivement dimanche repart pour deux ans dont un horaire de 18 h à 20 h.


PARTICIPEZ AUX EMISSIONS TELEVISEES

Pour participer à "Vivement La Télé" et "Vivement Dimanche Prochain", appelez le 01 49 46 87 38