VICHY: MICHEL DRUCKER EN ENTRETIEN PUBLIC LE 4 JUILLET A L'ALETTI PALACE

Publié le : 03/07/2014 à 13h03

Le « commentateur du championnat du star system », comme il se définit dans son dernier livre, « De la lumière à l'oubli », sera l'invité de Sylvain Beltran, vendredi 4 juillet à l'Aletti Palace. Michel Drucker aborde la question « des étoiles quand elles commencent à pâlir » tout en rendant hommage à ceux qu'il a croisés dont Roger Walkowiak, vainqueur bourbonnais du Tour de France 1956.

Vichy : Michel Drucker en entretien public le 4 juillet à l'Aletti Palace

Pouvez-vous nous expliquer cette volonté de remettre en lumière les anciennes gloires ?
Ce livre est beaucoup plus que remettre en lumière les anciennes gloires. Je voulais expliquer aux lecteurs la célébrité. Dans la vie des acteurs, chanteurs, hommes politiques, sportifs, qu'est-ce qui se passe quand ça commence à moins bien aller, que les électeurs ou le public s'éloignent. C'est une question qui m'a toujours fasciné. Je pense qu'il faut avoir un peu d'expérience pour pouvoir écrire sur ce sujet. Je voulais écrire sur qu'est ce qui se passe quand l'étoile commence pâlir. S'inscrire dans la durée est la chose la plus difficile. Je voulais aussi rendre hommage à ceux qui ont eu des pépins de santé alors qu'ils étaient au sommet et ceux qui y sont depuis longtemps.

Jean-Paul Belmondo est la star qui vous a le plus marqué ?
Il y a Belmondo et beaucoup d'autres. Lorsqu'on a fêté son quatre-vingtième anniversaire, c'était très émouvant. Jean-Paul Belmondo a été l'un des hommes les plus courageux, les héroïques. Il a eu un accident cardio vasculaire mais il tient le choc depuis dix ans. Il est ressorti dans la rue face au public, il reparle.

Vous êtes moins "gendre idéal" dans ce livre. Il y a des petites piques contre Francis Cabrel, Dick Rivers, Pierre Bénichou, Cousteau que vous regrettez d'avoir rencontré. Quelles sont les autres stars dans ce cas ?
Pour Francis Cabrel, ce n'est pas une pique. Il est comme Jean Ferrat qui préfère parler à travers ses œuvres. Ils ont fait le constat que le public pouvait être fidèle sans être présent dans les médias. J'ai rencontré Cousteau, Bécaud et Montand à des moments précis de leur vie où ils n'ont pas montré leur meilleur visage. Ils n'étaient pas conformes aux sondages qui faisaient d'eux des personnalités publiques populaires et à ce que je pensais d'eaux. Ils avaient beaucoup de talent mais j'aurai préféré ne pas les connaître et me contenter de leurs livres, films ou disques.

Vous annoncez " une dernière ligne droite plus festive ". Qu'est ce que vous entendez par là ?
J'ai une carrière de près de cinquante ans. J'ai beaucoup travaillé et je travaille encore beaucoup. Je me suis beaucoup occupé des autres. J'ai envie de lever le pied, de profiter. Même si mon métier est une vraie passion, il est très prenant. J'ai envie de davantage profiter de ma famille, des copains...

Est-il possible que le dernier Vivement Dimanche soit le 8 novembre 2015, jour des 80 ans d'Alain Delon ?
Le dernier Vivement dimanche n'est pour l'instant pas prévu. C'est le public qui décide. Quand il y a encore le succès, on continue. Fêter les quatre-vingts ans d'Alain Delon sera plus compliqué que fêter ceux de Belmondo car Alain est plus secret, plus sauvage...

Dans votre livre, vous parlez de votre rencontre avec Roger Walkoviak vers Montluçon dans les années quatre-vingt...
Roger Walkowiak comme Roger Pingeon ont gagné le tour de France mais on ne parle jamais d'eux. Pourtant gagner le tour de France n'est pas une mince affaire. On oublie qu'ils ont marqué l'histoire du vélo même si ce ne sont pas des stars. Je voulais lui rendre hommage. Walko, c'est un héros. Même s'il n'avait pas les moyens d'un Poulidor, d'un Bobet ou d'un Hinault, il a gagné le Tour de France.

Vous dites "Mon travail, c'est moi". Quelle est votre journée type ? Elle doit commencer tôt…
Elle ne commence par forcément tôt mais elle finit tard vers 1h du matin. Et même si elle a commencé tôt, elle finit vers 1h du matin. La radio demande de commencer très tôt. Il faut être gai, être en forme… Même si les journées sont longues, je n'ai pas l'impression de travailler. Quand c'est une passion, on fatigue moins. Je suis toujours enthousiasme d'aller travailler.

Quel est le secret du succès ?
Je pense que le secret est de ne pas se prendre au sérieux tout en faisant son métier sérieusement.

Vous décrivez "La radio comme un refuge". Serez -vous à l'antenne à la rentrée ?
La radio est un média formidable mais je ne reprendrai pas l'antenne à la rentrée. Il y a les grands shows ainsi que les "Vivement dimanche". J'ai aussi une carrière au Canada. Cela demande beaucoup de travail.

Pourquoi avoir choisi la télévision plutôt que la radio ?
Les patrons de télévision n'auraient pas été d'accord et il y aurait eu beaucoup de personnes qui se seraient retrouvés au chômage. Concilier la radio et la télévision est très éprouvant. Je n'avais pas le temps de souffler.

Pratique. Michel Drucker, animateur et producteur de télévision, est l’invité de Sylvain Beltran vendredi 4 juillet à 20 h 30 à l’Aletti Palace. Tél. : 04 70 31 31 31 ou www.sbcnews.fr.

Crédit photo : Stéphane de Bourgies

 


Catégories : Revue de presse

Agenda

Publié le : 16/12/2018 à 10h15

Vivement Dimanche Prochain 17 - 15h30


Lire la suite

Publié le : 16/12/2018 à 10h00

Vivement Dimanche 17 - 14h15


Lire la suite

Publié le : 09/12/2018 à 10h15

Vivement Dimanche Prochain 16 - 15h05


Lire la suite

Publié le : 09/12/2018 à 10h00

Vivement Dimanche 16 - 14h20


Lire la suite

Publié le : 02/12/2018 à 10h15

Vivement Dimanche Prochain 15 - 15h30


Lire la suite

Publié le : 02/12/2018 à 10h00

Vivement Dimanche 15 - 14h15


Lire la suite

Publié le : 01/12/2018 à 16h29

Le grand show de l'humour, FR2, 21h


Lire la suite

PARTICIPEZ AUX EMISSIONS TELEVISEES

Pour participer à "Vivement La Télé" et "Vivement Dimanche Prochain", appelez le 01 49 46 87 38