Vivement Dimanche Prochain / Linda De Suza (06/12/2015)

Publié le : 04/12/2015 à 11h27

Vivement Dimanche Prochain / Linda De Suza (06/12/2015)

Michel et son cultissime canapé rouge reçoivent Linda De Suza, et autour d'eux: Catherine JACOB, Jean-Pierre DARROUSSIN, Bruno SOLO, Antoine DULERY, BEN &, Arnaud TSAMERE, Anne ROUMANOFF, Olivier DE BENOIST.

  • LINDA DE SUZA

Elle sort un coffret intitulé « L’intégrale 1979-1985», ainsi qu’un album intitulé « 40 chansons d’or ».

linda de suza

Elle sort un album par ailleurs intitulé « 40 chansons d’or ».

linda de suza

Son livre « Des larmes d’argent » est aux éditions Carnets Nord.

linda de suza

NOTE DE L’EDITEUR
« Linda de Suza a connu des matins de misère et des soirs de lumière. Rayonnante comme le soleil de son Portugal natal, l'inoubliable interprète de Un Portugais et de L'Etrangère est une artiste chaleureuse, un symbole de réussite pour des millions de déracinés. Après avoir livré le récit de son ascension dans La Valise en carton, elle nous raconte aujourd'hui l'envers du décor. Car le triomphe se paie parfois très cher. Après vingt ans de silence, elle revient sur les souffrances de sa vie avec beaucoup d'émotion. Des mots pour guérir et ne plus verser de larmes d'argent. »

D’autre part le livre « La valise en carton » est réédité aux éditions Carnets Nord.

valise en craton,linda de suza

NOTE DE L’EDITEUR

« Linda de Suza est littéralement passé «de l’aspirateur au micro». Cette femme de chambre portugaise, devenue la chanteuse aux 20 millions de disques, restera toujours un symbole de réussite pour des millions de déracinés. Dans La Valise en carton, publié pour la première fois en 1984, elle revient sur son enfance au Portugal, lorsqu’elle allait à la Soupe populaire pour nourrir sa famille, sur son arrivée clandestine en France, valise et enfant sous le bras, et sur sa passion de la chanson et du public… Une success-story racontée avec émotion et humilité. »

  • CATHERINE JACOB

Elle joue dans la pièce « Madame  » de l’auteur français Rémi de Voss, également metteur en scène, au THEATRE DE L’ŒUVRE, jusqu’au 20 décembre.

catherine jacob,madame

L’histoire : elle est seule en scène … Nous sommes apparemment dans les années 60… Cette femme dont on ne connait pas le prénom va nous raconter sa vie (et 3 guerres !)… En utilisant un français d’argot « à la Audiard ».

  • BRUNO SOLO, JEAN-PIERRE DAROUSSIN ET ANTOINE DULERY

Ils jouent dans le téléfilm « La mort d’Auguste », diffusion mardi 15 décembre sur France 3.

solo,duléry,daroussin

Réalisation de Denis Maleval, écrit par Jacques Santamaria, d’après Georges  Simenon, avec aussi Olivia Bruneau, Anne Baudoux, Julie Judd et Gilles Détroit.

L’HISTOIRE : Dans le quartier des halles, en 1965, quelques temps avant la démolition des pavillons de Baltard… Le patriarche d’une famille décède… Il avait ouvert son restaurant « Chez l’Auvergnat » en 1925. Mais depuis 20 ans, c’était un de ses 3 fils (Jean-Pierre Daroussin) qui dirigeait le restaurant.  Les deux autres frères Bruno Solo et Antoine Dulery vont immédiatement demander des comptes quant à l’héritage… Quelques heures après le décès, ils vont fouiller frénétiquement la chambre de leur père, afin de trouver un magot hypothétique.

Par ailleurs Antoine Duléry reprend son spectacle « Antoine Duléry fait son cinéma »au THEÂTRE ANTOINE en janvier 2016.

duléry

  • LIVRES PRESENTES PAR MICHEL

« Les bonnes chansons ne meurent jamais » de  Jacques Sanchez, préface de Laurent Ruquier aux éditions Flammarion.
ruquier,chansons
NOTE DE L’EDITEUR
« En avril 1960, Line Renaud joue la marraine d'un jeune artiste invité sur le plateau de L'Ecole des vedettes, un rocker âgé d'à peine 17 ans. Son nom ? Johnny Hallyday. Les cheveux gominés, la guitare autour du cou, il semble très intimidé par les caméras. Mais lorsqu'il entonne "Laisse-toi aimer des filles", le succès est assuré. Et sa carrière prend son envol. En 1984, en direct du studio Gabriel, au cours de l'émission Champs-Elysées, Barbra Streisand et Michel Legrand entonnent " What are you doing the rest of your life "... Et les téléspectateurs retiennent leur souffle : le moment est magique. Durant la première saison de The Voice, la plus belle voix, en 2012, plus de 9 millions de téléspectateurs se pressent devant le petit écran. Un score historique, la meilleure audience d'un lancement de télé-crochet français, toutes chaînes confondues. A travers ces trois exemples - et il y en a bien d'autres -, une vérité apparaît : les émissions de variétés traversent les époques, pour peu que la formule soit bonne ! Une histoire fabuleuse, qui parle à tous, qu'un passionné connaissant bien les coulisses de ces émissions a décidé de raconter : Jacques Sanchez. De la première émission de variétés, 36 Chandelles, animée par Jean Nohain en 1952, à The Voice présentée par Nikos Aliagas, en passant par Numéro Un de Maritie et Gilbert Carpentier, Palmarès de Guy Lux, Champs-Elysées de Michel Drucker, sans oublier les émissions de Jacques Martin, Pascal Sevran, Jean-Pierre Foucault ou Nagui, Jacques Sanchez raconte pour la première fois la grande histoire des émissions de variétés. En connaisseur, puisque depuis vingt-cinq ans il collabore avec les plus grandes stars de la télé, parmi lesquelles Laurent Ruquier, Thierry Ardisson, Stéphane Bern, Guillaume Durand, Patrick Sabatier... »

« Les passants de Lisbonne » de  Philippe Besson aux éditions Julliard.
besson
NOTE DE L’EDITEUR
« « On ne renonce jamais vraiment, on a besoin de croire que tout n'est pas perdu, on se rattache à un fil, même le plus ténu, même le plus fragile. On se répète que l'autre va finir par revenir. On l'attend. On se déteste d'attendre mais c'est moins pénible que l'abandon, que la résignation totale. Voilà : on attend quelqu'un qui ne reviendra probablement pas. »
Hélène a vu en direct à la télévision les images d'un tremblement de terre dévastateur dans une ville lointaine ; son mari séjournait là-bas, à ce moment précis.
Mathieu, quant à lui, a trouvé un jour dans un appartement vide une lettre de rupture.
Ces deux-là, qui ne se connaissent pas, vont se rencontrer par hasard à Lisbonne. Et se parler.
Une seule question les taraude : comment affronter la disparition de l'être aimé ? Et le manque ?
Au fil de leurs déambulations dans cette ville mélancolique, dont la fameuse saudade imprègne chacune des ruelles tortueuses, ne cherchent-ils pas à panser leurs blessures et à s'intéresser, de nouveau, aux vivants ?
 »

  • LE TELETHON

CONTINUEZ A DONNER, en composant le 36 37

telethontelethon

telethontelethon

 

 


PARTICIPEZ AUX EMISSIONS TELEVISEES

Pour participer à "Vivement La Télé" et "Vivement Dimanche Prochain", appelez le 01 49 46 87 38