Rendez-vous à 20h30 mercredi 25 mars pour voir le plus beau match de l’histoire de l’équipe de France. C’est un titre peut-être un peu pompeux que nous donnons là à cette rencontre puisque nous n’avons pas vu tous les matchs des Bleus, notamment ceux de la Coupe du Monde 1958 en Suède (la France fut battue en ½ finale par le Brésil d’un petit jeunot de 17 ans, Pelé). Et que certains des matches que l’on a vus (Euro 1984, 2000, Coupe du Monde 1998, 2006, 2018…) ne sont pas mal non plus. Mais le France-Brésil de la Coupe du Monde 1986 surpasse tout. Après avoir battu l’Italie championne du monde en titre en huitièmes de finale (2-0, buts de Michel Platini et Yannick Stopyra), les Bleus du carré magique Giresse-Tigana-Fernandez-Platini affrontent le Brésil. À Guadalajara, dans un stade Jalisco rempli de spectateurs brésiliens, environ 64 500 sur les 65 000 présents, la France, entraînée par Henri Michel et toute championne d’Europe 1984 qu’elle est, ne part pas du tout favorite face à l’ogre brésilien. Mené par Socrates et Zico, certes convalescents, mais aussi par le duo d’attaque Careca-Müller, le Brésil se voit déjà remporter un trophée qui lui échappe depuis 1970. C’était au Mexique, déjà. Forcément un signe. 

La der de Platoche
Sauf que ce 21 juin 1986, jour de l’anniversaire de Michel Platini, l’équipe de France va réaliser un match extraordinaire, au moment même où des otages français, Philippe Rochot et Georges Hansen, arrivent à Orly depuis Beyrouth. Ils sont accueillis par le Premier ministre de l’époque, Jacques Chirac. Ces deux salariés d’Antenne 2 (désormais France 2), étaient retenus en otage au Liban depuis le 8 mars. Et comme le match est sur la 2, le duo de commentaires Michel Drucker (oui, oui Michel Drucker)-Roger Piantoni (ceux qui se souviennent du match commenté par Thierry Roland et Jean-Michel Larqué n’ont pas rêvé, TF1 avait rediffusé le match le lendemain) doivent parler de cette actualité pendant l’hymne tricolore. Quel symbole ! Le match qui suivra entrera à jamais dans l’éternité. La FIFA le surnommera d’ailleurs le match du siècle. 

ICI COMMENCE LES SPOILERS ! NE LISEZ PAS LES LIGNES QUI SUIVENT ET NE REGARDEZ PAS LA VIDÉO SI VOUS N’AVEZ JAMAIS VU CE MATCH !!! 

 

L’équipe de France va s’imposer aux tirs au but au terme d’une rencontre d’un niveau incroyable, dans une ambiance de dingue. Sur une jambe, Michel Platini inscrit son 41è et dernier but en équipe de France. Le jour de son anniversaire donc. Il ratera son tir au but (on cherche toujours le ballon) avant que Luis Fernandez (“Luis, mon petit Luis” priera Michel Drucker avant le dernier tir au but) ne qualifie les Bleus. Durant le match, l’arbitre oubliera un carton rouge évident pour les Brésiliens, Joël Bats arrêtera un pénalty de Zico, Jean Tigana manquera de marquer le but du siècle, Manuel Amoros disputera un match premium, le but des Brésiliens sera fabuleux, Müller tirera sur le poteau à 1-0 pour le Brésil… Bref, c’était extraordinaire. Alors même que le match avait commencé à 12h heure locale et que les joueurs devaient s’hydrater avec des poches plastiques remplies d’eau. Une autre époque. Cette qualification des Bleus plongera le stade Jalisco dans un silence incroyable, que seules les larmes brésiliennes interrompront. En ½ finale de cette Coupe du Monde 1986, la France affrontera la RFA pour une revanche de 1982. Mais n’en parlons pas…

 
 
 

 

 

PROCHAINE ÉMISSION

Vivement Dimanche 70 Anne Roumanoff

31 mai 202016:15

Les invité.es

Les Chroniqueurs-euses

PROCHAINE ÉMISSION

Pas de Vivement Dimanche Prochain- Reprise début Juin

31 mai 202015:35

Les invité.es

Les Humoristes