Marc OLLIVIER/OUEST FRANCE

Les Français sont invités à rester chez eux pour limiter la propagation du coronavirus. Nous avons eu envie de maintenir le lien avec vous. Dans cette série de podcasts, nous donnons la parole à des personnalités, des sportifs, des anonymes, des salariés d’Ouest-France, votre journal, pour savoir comment ils vivent cette situation. Quelles sont leurs occupations pour ne pas tourner en rond, leur conseil de lecture, de films, de séries… Bienvenue dans votre journal de bord.

ECOUTEZ LE PODCAST DEPUIS LE PLAYER CI-DESSOUS :

OU DEPUIS LE SITE LE MUR DES PODCASTS

OU VIA LES PLATEFORMES DE STREAMING Apple PodcastGoogle PodcastSpotifyDeezer

Dans ce nouvel épisode, Gilles Kerdreux, journaliste au service culture à Ouest-France, a joint Michel Drucker. L’animateur télé, confiné dans sa maison en Provence, parle de cette période si particulière. « Je fais comme tout le monde, en étant le plus prudent possible et en apprenant la patience. J’occupe mon temps différemment. La télé est très anxiogène et je me mets à la place des journalistes qui ont beaucoup de mérite depuis un mois à fournir tant d’informations. Trouver le juste équilibre entre cette actualité difficile et des choses plus distrayantes, ce n’est pas évident. Je n’ai qu’une inquiétude pour ceux qui souffrent, c’est qu’il y ait une vague de chaleur qui débarque. »Dans ce podcast, Michel Drucker parle aussi de son rapport aux maladies, lui qui est issu d’une famille qui baigne dans le milieu médical. De sa petite-fille qui confectionne des masques ; des petites vidéos qu’il adresse aux maisons de retraite. « Je leur raconte le métier pour leur changer les idées… J’ai l’impression que les gens se serrent les coudes, comme l’ont vécu nos parents et grands-parents pendant les guerres ou lors de l’hiver 54. C’est plutôt rassurant de voir que la France est solidaire. »

Des semaines compliquées qui s’annoncent sur le plan économique et à la télé. « J’ai peur d’une grande crise sociale à la rentrée. Ce virus arrive après deux ans de grande fatigue sociale. Il faudra plusieurs années pour sen remettre.  Plus rien ne sera comme avant. »

Bonne écoute

PROCHAINE ÉMISSION

Vivement Dimanche 70 Anne Roumanoff

31 mai 202016:15

Les invité.es

Les Chroniqueurs-euses

PROCHAINE ÉMISSION

Pas de Vivement Dimanche Prochain- Reprise début Juin

31 mai 202015:35

Les invité.es

Les Humoristes